Après la foire

Récemment, nous avons examiné les tenants et aboutissants de la participation aux foires internationales du livre en vous présentant des extraits tirés de notre guide de marché intitulé Participer à une foire internationale du livre : Guide pour une première participation, rédigé par Catherine Mitchell. Aujourd’hui, nous vous offrons des conseils sur la façon de tirer le meilleur parti de vos nouvelles relations après une foire du livre.

Une fois remis de votre participation à la foire et du décalage horaire, vous pouvez commencer la tâche essentielle du suivi. Ne pas faire de suivi, c’est voir diminuer rapidement les possibilités de ventes. Le mieux, c’est de faire le suivi le plus tôt possible après la foire. Si vous en êtes capable, profitez du vol de retour pour repasser vos notes de rencontres. Déterminez quels rendez-vous ont suscité le plus d’intérêt et sont les plus susceptibles d’être couronnés de succès, et attaquez-vous d’abord à ceux-là dès votre arrivée au bureau.

Il est essentiel de noter toute manifestation d’intérêt dans une base de données ou un système bien structuré utilisés dans votre entreprise. Tous vos collègues ayant des responsabilités ou un certain contrôle en matière de droits devraient avoir facilement accès à ces informations et être en mesure de les analyser. L’intérêt suscité lors des foires internationales est de l’or en barre pour un éditeur : mettez en place un tel système avant votre départ, et assurez-vous d’y consigner tout signe d’intérêt et de répondre à ceux-ci en temps opportun et d’une manière équitable. Si vous avez reçu plusieurs manifestations d’intérêt pour un livre à l’intérieur d’un même marché ou territoire, vous devez répondre et envoyer le matériel à tous les éditeurs en même temps, par souci de justice et d’équité.

Si vous avez la chance d’avoir plusieurs manifestations d’intérêt pour un livre dans un même territoire, vous avez vraiment relevé le défi avec brio ! Mener des enchères peut s’avérer stressant, mais c’est aussi très stimulant. Songez à consulter un collègue d’expérience pour obtenir des conseils sur la façon de gérer pareille chance.

Expédier le matériel

Si vous êtes en mesure de le faire, envoyez des messages au bureau pendant la foire pour que les paquets contenant les livres imprimés demandés par les éditeurs lors de vos rendez-vous soient expédiés promptement, ou encore que des PDF soient transmis par courriel avant même votre retour. Il est essentiel d’agir rapidement. Souvent, les décisions prises à l’autre bout du monde seront favorables aux éditeurs qui auront envoyé leur matériel sans délai. Comme vous-même le souhaiteriez, vos vis-à-vis internationaux s’attendent à ce que vous fassiez preuve de considération concernant les calendriers éditoriaux et de production. Ils n’aimeront guère subir des pressions indues pour la prise de décision ou faire face à des échéances impossibles pour participer à un tirage commun.

Vérifiez vos notes pour vous assurer de ne pas oublier quelque chose que vous avez promis d’envoyer ou qui pourrait susciter l’approbation de votre contact à l’étranger et contribuer à conclure une vente. À mesure que vous recevez des mises à jour sur les critiques et les récompenses, envoyez-les à ceux qui ont manifesté un intérêt pour cet ouvrage. Les gens voudront s’associer à un titre gagnant, alors partagez l’information et préparez-vous à gérer l’engouement pour un livre tout comme vous le feriez à l’échelle nationale. Vous pourriez en récolter d’énormes bénéfices.

Les personnes qui obtiennent le plus de succès avec la vente de droits sont attentives aux détails et très organisées. Elles notent tout ce qui est envoyé, s’assurent de ce qui est reçu par leurs vis-à-vis étrangers, maintiennent les échéanciers de production dans la boîte et à l’extérieur, demeurent en lien avec leurs collègues de la production concernant les coûts d’impression, gardent en tête les multiples manifestations d’intérêt de la part d’éditeurs d’un même marché, assurent un suivi sur le matériel expédié, informent les éditeurs des possibilités de subventions pour la traduction et les déplacements des auteurs (le cas échéant), envoient des contrats et s’assurent de la réception des avances et des éditions étrangères. Cette liste n’est pas exhaustive, mais elle met en évidence les tâches essentielles qui permettront une gestion saine et efficace de vos droits. Personne ne veut se retrouver avec des droits vendus à deux reprises ou à deux éditeurs différents. Les contrats de droits sont contraignants et supposent la même attention aux détails que vos contrats avec vos auteurs.

La vente de droits exige force et courage. Beaucoup décrivent la participation aux foires du livre comme un marathon. Comme vous le constaterez vous-même après votre pre- mière foire, cette description est tout à fait appropriée. Les ventes de droits se produisent chaque jour, avec brio. Il est possible (et amusant !) de trouver des débouchés à l’étranger pour vos livres, mais préparez-vous à travailler sur le long terme.

Établir des relations

Ayez des attentes raisonnables concernant les résultats de votre participation à la foire. Ce ne sont pas tous les livres ni toutes les rencontres qui produiront des ventes, malgré tous vos efforts et la qualité de votre travail. Ayant participé à votre première foire, vous aurez été en mesure de constater le grand nombre de livres publiés partout dans le monde. Les choix ne manquent pas, et vendre et promouvoir vos livres auprès des bons éditeurs exige du temps. Ceux-ci sont à la recherche de nouveautés captivantes qui généreront des revenus, susciteront un engouement, apporteront du prestige à leur maison et continueront de se vendre année après année.

Profitez du temps passé avec les éditeurs étrangers et vos nouvelles relations. Si vous persévérez dans la vente des droits et participez à d’autres foires, ces gens deviendront assurément des visages familiers et des collègues que vous aurez plaisir à revoir. Peu importe le style que vous privilégiez pour maintenir de bonnes relations, continuez de consacrer du temps à entretenir ces liens. Certains éditeurs offrent de petits cadeaux. D’autres se contentent de communiquer sur une base régulière tout au long de l’année. Informez les éditeurs des réussites de votre maison et de vos auteurs. Invitez vos relations à partager un repas ou à participer à une réception canadienne favorisant le réseautage. Lors des foires du livre, la plupart des réussites se produisent à la faveur de contacts informels lors d’événements conviviaux. Il n’est pas nécessaire de passer toutes vos soirées dans des fêtes ou des réceptions, mais le fait de s’intéresser à l’autre, d’exprimer le désir d’en apprendre plus sur lui conduit habituellement à l’établissement de bonnes relations.

Des ventes se produiront en fonction des efforts mis en place, facilitées par la réputation et les moyens de la maison d’édition étrangère et toutes autres activités de marketing que celle-ci peut se permettre. La plupart du temps, l’auteur ne mettra probablement jamais les pieds dans le pays pour lequel les droits ont été vendus, à moins qu’un important prix littéraire soit en vue ou que le livre remporte un succès retentissant en librairie.

Il est toujours agréable de recevoir au bureau des exemplaires des éditions étrangères; celles-ci sont la preuve que vos livres et votre goût continuent d’être pertinents. Recevoir une bonne avance et des redevances à venir l’est encore plus. Si vous nourrissez vos liens tout au long de l’année et faites progresser vos relations, la vente de droits peut s’avérer très satisfaisante et profitable pour tout le monde.

N’oubliez pas ceux et celles qui sont demeurés au bureau. Pendant que vous profitiez de bons vins et d’agréables repas dans une ville prestigieuse, vos collègues gardaient le fort, réagissant parfois à des heures indues pour faire en sorte que vous ayez tout ce dont vous aviez besoin pour cette première aventure sur la scène internationale. Rapporter du chocolat ou une autre gâterie n’est pas simplement un geste de gentillesse, mais cela vous donnera aussi l’occasion de vivre un moment agréable et de raconter votre première expérience à une foire. Vos collègues voudront savoir comment ça s’est passé, quels livres ont suscité le plus d’attention, quels commentaires vous avez eus sur vos titres. Partagez ces moments.

2017-10-12 | Foires du livre