Conférence du Business Club dans le cadre de l’événement « The Markets » à la Foire du livre de Francfort 2017 (Partie 2)

Pour ceux d’entre vous qui ont manqué la conférence « The Markets » 2017 organisée par la Foire du livre de Francfort et Publishing Perspectives, nous avons récemment abordé certaines séances sur notre blogue auxquelles nous avons participé lorsque nous y étions. Aujourd’hui, nous sommes de retour avec des suggestions concernant certaines tendances émergentes dans le domaine de l’édition en France, qui était l’invité d’honneur de la Foire du livre de Francfort cette année.

Dans le respect du thème sur le changement de la conférence et de l’évolution du paysage éditorial international, la séance de la conférence « The Markets » sur la France était axée essentiellement sur les principaux développements du marché francophone et l’évolution des relations de la France avec les écrivains des anciennes colonies françaises. Dans cette entrevue, Jean Mattern, directeur de la rédaction de la fiction étrangère chez Éditions Grasset, a discuté avec Olivia Snaije de Publishing Perspectives des transformations linguistiques et démographiques qui affectent actuellement le marché du livre français. Les questions abordées lors de cette séance ont inclu : « Quelle est l’incidence de la rédaction dans une langue étrangère ou de la « traduction » de contextes culturels et créatifs différents sur les histoires ? » et « La langue est-elle également modifiée au cours de ce processus ? »

Compte tenu des relations intrinsèques de la littérature avec la langue, les opinions de Mattern sur la situation de l’édition en France ont révélé une évolution dramatique du paysage littéraire. Certains changements dont Mattern a discuté lors de cette séance se manifestaient déjà dans l’organisation du stand du Bureau International de l’Édition Française (BIEF) à la Foire, qui incluait cette année 30 maisons d’édition francophones subsahariennes pour la première fois dans le cadre d’un effort pour mettre en évidence le marché des livres francophones plus vaste. Tenant compte de ce changement, Mattern a parlé de la « décision stratégique » de nombreux éditeurs d’inclure plus d’écrivains de pays francophones qui ne résident pas nécessairement en France ou ne sont pas des citoyens français. Même s’il n’est pas nouveau de contempler d’autres marchés francophones, les éditeurs français collaborent désormais de plus en plus avec des écrivains de localités en Afrique du Nord et de l’Ouest. Cette stratégie marque un changement délibéré comparativement à la focalisation antérieure sur les écrivains et les marchés dans des endroits tels que la Belgique, le Luxembourg et le Québec et signale également un changement plus important de la perception du secteur francophone (et des lecteurs) de ce qui constitue la « littérature francophone ». Mattern attribue ce développement en partie à l’évolution des données démographiques en France et au nombre croissant d’auteurs ayant des antécédents d’immigrant ou des relations familiales avec les anciennes colonies françaises. Comme il l’a souligné ensuite, alors que la France représentait auparavant une force linguistique unidirectionnelle vers l’extérieur pour la Francophonie, les anciennes colonies ramènent de plus en plus la langue française vers la France avec de nouvelles couleurs et saveurs localisées.

La réceptivité et la compréhension de cette nouvelle approche de la langue française et de la littérature des anciennes colonies françaises sont essentielles à la réussite sur le marché français contemporain. Même si traditionnellement, la France a tenté de maintenir un contrôle rigoureux de la langue française en imposant une centralisation linguistique, le régionalisme linguistique est de plus en plus accepté et célébré. Le français est la deuxième langue la plus traduite dans le monde et certaines estimations calculent qu’il y a environ 240 millions de francophones dans le monde entier, dont un grand nombre réside en Afrique (par exemple, 33 millions dans la République démocratique du Congo et 11 millions en Algérie). De nombreux francophones résidant dans les anciennes colonies françaises parlent plus d’une langue et la majorité des francophones en Afrique ont une langue maternelle autre que le français. Mattern a également parlé des différences locales entre les différents pays de la Francophonie, en soulignant que les différentes tendances nationales d’édition tiennent compte des histoires et réalités diversifiées de différents pays, en mentionnant par exemple que le bilinguisme prévaut davantage dans des endroits tels que la Tunisie et le Maroc alors qu’il est nettement plus difficile de trouver des écrivains francophones en Algérie. Même si le français métropolitain est encore prédominant, il existe une compréhension approfondie que cette langue peut ne plus appartenir exclusivement à la France.

Aimeriez-vous en savoir plus sur le marché du livre en France ? Consultez notre guide sur ce secteur concernant ce marché important et restez à l’écoute pour plus d’informations sur notre prochain guide sur l’exportation de livres scolaires et universitaires francophones, qui sera publié après le nouvel an !

2017-12-22 | Distribution, Droits, Événements, Export, Foires du livre